19 novembre 1905 : le naufrage du Hilda

Que s’est-il passé dans la nuit du 18 au 19 novembre 1905 à l’entrée des « passes » de Saint-Malo? En 1840, avec le développement de la vapeur et du tourisme balnéaire, une compagnie britannique créé la première ligne de navigation régulière entre Southampton, Jersey et Saint-Malo. La London and Southwestern Railway assure le transport de marchandises et de milliers de voyageurs qui débarquent deux à trois fois par semaine des steamers (paquebots à vapeur) sur le quai Saint-Louis à hauteur de la Grande Porte à Saint-Malo. La création de cette ligne forme la première colonie anglaise à Dinard, à Saint-Servan puis en front de mer sur le Sillon.
Les steamers transportent aussi les Johnnies (les petits Jean) roscovites qui partent chaque mois d’août en Angletterre vendre leurs oignons. Constitués en petites coopératives, ils seront nombreux à traverser la Manche jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale.La nuit du 18 au 19 novembre 1905, le paquebot « le Hilda » commandé par le capitaine Gregory, assure la liaison Southampton-Saint-Malo et transporte 131 passagers et membres d’équipage. Des conditions météorologiques désastreuses, la neige et des rafales de vent s’invitent au voyage. Le Hilda distingue à peine les lumières du phare du Grand Jardin et finit par heurter les rochers des Courtils à l’entrée des passes de Saint-Malo.
LEHILDA3

lehilda

Les gardiens du phare ne remarquent rien et découvrent la tragédie seulement au petit matin. 125 personnes périssent dans le naufrage dont plus de la moitié étaient des marchands d’oignons finistériens. 6 rescapés sont perchés à la mâture attendant désespéremment les secours et la foule s’empresse d’observer l’épave du haut des remparts de Saint-Malo. Les familles des victimes ramèneront certains corps retrouvés sur les plages, de Granville au Cap Fréhel. Une importante délégation léonarde se rend à Saint-Servan pour évaluer le nombre de Johnnies qui ont succombé dans le naufrage et estimer l’argent qu’ils avaient sur eux. Les autorités locales surveilleront de près les côtes en précaution d’éventuels pillages.

lehilda2

Le naufrage du Hilda a profondément marqué les esprits sur la côte nord jusqu’à aujourd’hui où les descendants des naufragés se rendent sur le lieu de l’épave pour leur rendre hommage. En 1997, l’hélice du Hilda est remontée en surface par des plongeurs dinardais, en présence d’Elisabeth Margaret Dobby, la petite fille du seul rescapé britannique, John Grinter. Un siècle après le naufrage, en 2005, la ville de Dinard organise une cérémonie commémorative et érige une stèle, portant l’hélice du bateau, en mémoire des victimes du naufrage.

Question que j’aimerais élucider pourquoi est-ce la Ville de Dinard qui rend hommage aux naufragés et non la Ville de Saint-Malo ? 

Mélusine à Paris

Une bretonne à Paris

3 commentaires

  1. peut être un élément de réponse :
    les Courtils, où eu lieu le naufrage, sont en face de Dinard et de Saint Lunaire

    • Mélusine à ParisNo Gravatar

      oui mais le vapeur se dirigeait vers Saint-Malo et il me semble que les Courtils et le Phare du Grand Jardin sont balisés par Saint-Malo … Merci de votre visite.

  2. Pingback :Les Johnnies, ces jeunes marchands venus de Roscoff - Mélusine @ Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *