Tu es un parisien en vacances en Bretagne quand …

Après avoir dressé le portrait des bretons vivants à Paris, il était tout à fait équitable de dresser celui du parisien en vacances en Bretagne. Bien entendu toute ressemblance avec des faits réels ne serait que pure et fortuite coïncidence ! 

Tu es un parisien en vacances en Bretagne quand … 

  • tu consacres ta première journée au shopping chez Armor Lux, Guy Cotten, Aigle, Petit Bateau ou Saint James. Oui tu veux ressembler à un vrai breton pour ne pas te faire repérer.
  • tu portes ton ciré jaune et tes bottes en toutes circonstances. 
  • tu achètes un kilos de langoustines déjà cuites au marché.
  • tu passes ton temps à dire qu’il faut que tu ramènes des gâteaux de chez la Trinitaine ou de chez la Mère Poulard à tes collègues.
  • tu achètes une dizaine de conserves de chez la belle-iloise que tu ne mangeras jamais. 
  • tu as toujours un parapluie sur toi.
  • tu es bloqué sur un rocher ou sur une île à cause de la marée.
  • tu donnes à manger aux goélands.
  • les goélands volent ce que tu es en train de manger.
  • tu te demandes ce que font les bretons durant l’hiver.
  • tu achètes un autocollant A l’Aise Breizh pour ta voiture. 
  • tu ne trouves pas les bols avec les prénoms de tes enfants.
  • tu ne sais pas prendre les ronds-points correctement.
  • tu pestes sur le restaurateur qui ne veut plus te servir après 21h30. 
  • tu demandes un verre pour boire du cidre doux.
  • tu demandes du sel doux pour accompagner ton pain.
  • tu te plains du vent.
  • tu n’aimes pas te baigner avec les algues.
  • tu n’aimes pas te baigner dans une eau à moins de 20 degrés.
  • tu écris pittoresque et traditionnel sur tes cartes postales adressées à tes amis.
  • tu trouves cela déplacé de mettre autant en avant la langue bretonne et le drapeau breton dans les lieux publics au détriment du français et du drapeau tricolore.
  • tu ne sais pas où chercher des crabes.
  • tu cherches un Monop’ et un Naturalia mais en vain.
  • tu es trop sûr de toi quand tu loues un catamaran.
  • tu es également trop sûr de toi quand on te dit de faire attention au courant et au zef. 
  • tu demandes à avoir une vue sur mer pour ton logement.
  • tu es incapable de situer Carhaix ou Pontivy.
  • tu penses que Brest et Lorient c’est moche.
  • tu vas à la Thalasso la plus proche pour faire un soin à base d’algues pour te détoxifier. 
  • tu te plains du sable qui colle. 
  • tu as le mal de mer.
  • tu cherches la meilleure crêperie bretonne que personne ne connaît encore.
  • tu ne prononces jamais bien les villes terminant en En.
  • tu n’aimes ni le pâté henaff, ni la galette saucisse et encore moins les moules.
  • tu ne connais pas les règles du palet.
  • tu ne sais pas ce que veut dire Morbihan.
  • tu baisses les yeux quand tu croises un pêcheur ou un breton portant un bonnet rouge. 
  • tu as peur de ne pas trouver de stations services.
  • tu te fais traiter de doryphores sans savoir ce que cela signifie.
  • tu cherches Le Parisien, le Canard enchaîné et Libération en vain dans les kiosques.
  • tu as acheté le spécial Express/Le Point sur la Bretagne. 
  • tu passes ton temps à comparer la Bretagne à la Côte d’Azur. 
  • tu parles fort tout le temps sur les terrasses de cafés et surtout de ton salaire, de tes primes et de tes intéressements.
  • tu te demandes comment font les bretons pour gagner leur vie. 
  • tu veux manger des huîtres au mois de juillet. 
  • tu as le melon. 
  • tu cherches le meilleur spot pour faire la photo Instagram du siècle en y apposant les hashtag #province #campagne #onrespire.
  • tu as tout programmé même le temps exact consacré au château de sable avec les enfants.
  • tu as décidé d’aller à Ploumanac’h et à Rochefort-en-Terre parce que Stéphane Bern te le recommande. 

Mélusine à Paris

Une bretonne à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *