C’est pas toi qui y es dans le bagad de Lann-Bihoué !

« Tiens donc un article sur le bagad de Lann-Bihoué. Mélusine, on connaît déjà toute l’histoire de cette formation musicale lorientaise de la Marine Nationale qui a soufflé ses 60 bougies en 2012 ! A quoi bon ? » Lors d’une soirée avec des amis « pasdutoutbretons », figurez-vous que j’ai fait chou blanc en parlant du bagad de Lann-Bihoué. Malgré ma tentative de fredonner le refrain de la célèbre chanson d’Alain Souchon pour les mettre sur la piste, j’avais comme cette désagréable impression de parler anglais à des chinois. « De quoi parles-tu? Ce sont des musiciens ou des marins? » Chers lecteurs et amis « pasdutoutbretons » voici un petit cours de rattrapage !

Avec sa langue, la musique est sûrement l’un des plus important moyen d’expression de la culture bretonne. Elle peut être entraînante, apaisante, un brin nostalgique ou délirante, la musique bretonne c’est avant tout un hommage à nos racines celtes.

Qu’est ce qu’un bagad?

En breton, on peut le traduire par groupe/troupe/ensemble. S’inspirant des groupes écossais, les bagadou sont apparus dans les années 30 et se composent généralement de joueurs de biniou qu’on appelle les sonneurs (le biniou = cornemuse en breton), de joueurs de bombarde (s’apparente à un hautbois) et de diverses percussions. De nombreux bagadou civils et militaires vont se créer après la seconde guerre mondiale sous l’impulsion de l’Institut celtique de Bretagne et de l‘association Bodadeg ar Sonerion dont le siège se trouve à Ploemeur dans le Morbihan. Celle-ci fédère et promeut les bagadou de Bretagne et a pour principales missions de revaloriser l’image du sonneur traditionnel breton, de sauver et de dynamiser la création musicale en Bretagne et ainsi de fédérer la population autour de sa fierté identitaire.

Kézako Lann-Bihoué ?

Lann-Bihoué désigne une importante base aéronautique navale qui s’étend sur les communes de Quéven, Guidel et Ploemeur à une dizaine de kilomètres de Lorient. Avec une superficie de plus de 800 hectares et une circonférence de 21 kilomètres, c’est l’une des plus grandes bases aériennes militaires de France depuis la première guerre mondiale. Dépendant du Ministère de la Défense, ses missions sont les suivantes :

  • Soutien opérationnel, technique et logistique des aéronefs affectés sur la base ou détachées sur les bâtiments.
  • Formation et entraînement du personnel de l’Aéronautique navale.
  • Fonctionnement de l’aérodrome et contrôle de la zone aérienne.

8 unités sont présentes à Lann-Bihoué dont le fameux bagad qui représente la Marine Nationale et la France lors de nombreux évènements à l’étranger mais qui est aussi une formidable vitrine pour la culture bretonne.

Un bagad militaire ?

Depuis la seconde guerre mondiale, il n’était pas rare en Bretagne que des bagadou militaires se forment lors de services militaires ou durant des moments de détente sous l’impulsion de soldats mélomanes. Ce fut le cas pour le célébrissime bagad de Lann-Bihoué qui fut créé officiellement en août 1952 après l’accord de l’amiral Galeret. Il est composé de 30 sonneurs (musiciens), d’un Penn-Bagad (régisseur général) et d’un officier marinier supérieur. Jusqu’à l’an 2000, ses membres étaient militaires avant tout puis la restructuration de l’armée et la baisse des budgets ont changé la donne. Ce sont désormais des musiciens professionnels qui, par contrat d’une année, renouvelable trois fois, jouent sous les drapeaux. Les candidats doivent cependant passer de nombreux tests et entretiens propres à la Marine Nationale et doivent passer plus d’un mois en caserne chez les fusiliers marins à Lorient. Après trois années passées au sein du bagad, beaucoup de sonneurs s’orientent vers une carrière militaire. Les femmes sont autorisées à postuler mais ne peuvent pas porter le fameux béret à pompon rouge. Le bagad a failli se dissoudre plusieurs fois depuis sa création mais la ferveur populaire qui l’accompagne depuis les années 90 le préserve pour le moment… Que cela dure puisque Ar soner a zo arouez Breizh bev (le sonneur est le symbole de la Bretagne vivante) !

Ci-dessous le bagad de Lann-Bihoué invité sur les Champs-Elysées à défiler pour le 14 juillet 2012 et une démonstration de batteries pour le Festival Interceltique de Lorient en 2012

Pour en savoir plus : le site officiel du Bagad de Lann-Bihoué

Mélusine à Paris

Une bretonne à Paris

4 commentaires

  1. Mais alors ce sont des marins ou des chanteurs ?

  2. Peut-être une précision. Quand des bagadou vont en Ecosse, on se présente d abord et avant tout comme bretons et non comme français et c’est d ailleurs comme tels que nous sommes reconnus par nos cousins écossais. Peut-être eut il donc été plus juste de préciser. Trois groupes bretons, les fanfares camarguaises n’y sont pas encore admises avec tout le respect que j ai pour les traditions camarguaises. A galon

  3. Pingback :C'est quoi se sentir breton ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *